Hommage à Simone Gournay

Le seul fait de vivre dans un camp c’est une résistance. Simone Gournay


Simone

Née en 1921 à Sèvres (Paris), Simone Gournay a été arrêtée à Vincennes le 26 août 1942 à l’âge de 21 ans. Partie de Compiègne le 28 avril 1943, elle a été déportée à Ravensbrück où elle a travaillé dans l’usine Siemens et a été libérée par la Croix-Rouge Suédoise le 29 avril 1945.

Simone Gournay, Co-présidente de l’Amicale Française et membre du Comité international de Ravensbrück, nous a quittés ce 28 mai, dans sa 93ème année.

Après plusieurs conversations téléphoniques, notre première rencontre eut lieu en juin 2011 ; elle fut suivie de plusieurs autres, en particulier lors du voyage de mémoire en avril 2012 au Mémorial du camp de Ravensbrück.

Les  films qui composent le triptyque La mémoire et le silence n’auraient pas pu voir le jour sans sa participation, son soutien et celui de l’Amicale de Ravensbrück.

Les échanges avec Simone, sa parole riche et exigeante, portaient la marque de sa personnalité affirmée, de son esprit de résistance toujours vivace.

Afin de lui rendre hommage, nous souhaitons vous faire partager un extrait de l’entretien réalisé lors de cette première rencontre de juin 2011.

Vous pouvez aussi retrouver Simone dans le film Survivre c’est une résistance et dans les extraits des témoignages de résistantes déportées au camp de Ravensbrück.

 

 

La mémoire et le silence

Tu lutteras pour changer la vie, pour que la honte de ce temps s’achève. Paul Éluard


La mémoire et le silence

Portraits de femmes résistantes déportées au camp de Ravensbrück

Films réalisés dans le cadre du projet consacré au camp de Ravensbrück
Pour soutenir ce projet, vous pouvez participer à la souscription

Voir la présentation des films et trois extraits

Trajet #1 La mort qui crie (38 min. – 2013)
Marie-Jo Chombart de Lauwe, résistante et déportée en 1943 à l’âge de 20 ans, retourne sur les traces des lieux qui ont marqué sa déportation dans le camp de Ravensbrück : l’infirmerie et la chambre des enfants.

Trajet #2 La norme c’était la mort (52 min. – 2013)
Noëlle Vincensini raconte son engagement dans la résistance et sa déportation à l’âge de 17 ans dans le Kommando de travail de Neubrandenbourg. En accompagnant des jeunes sur les lieux de son passé, elle défend la nécessité de transmettre son histoire et de se révolter encore aujourd’hui.

Trajet #3 Survivre c’est une résistance (32 min. – 2014)
Simone Gournay, déportée en 1943 à l’âge de 22 ans, retourne chaque année au Mémorial du camp de Ravensbrück. Elle transmet son témoignage au groupe qu’elle accompagne et raconte son expérience du travail forcé dans l’usine Siemens.

Le tournage de ces trois films a eu lieu lors du voyage de mémoire organisé par l’Amicale de Ravensbrück du 19 au 23 avril 2012.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Projet Germaine Tillion – Camp de Ravensbruck

L’espèce humaine c’est quelque chose de global. C’est un tout.
Elle se tirera d’affaire toute entière ou elle se perdra toute entière.
Germaine Tillion


Le Verfügbar aux Enfers
Une arme de résistance dans le camp de Ravensbrück

Ce projet constitue une immersion dans les écrits de Germaine Tillion sur le camp de Ravensbrück, la création du spectacle « Le Verfügbar aux Enfers » et les parcours de vie d’anciennes résistantes déportées.

Il est constitué de plusieurs étapes :

  • Accompagnement du spectacle, tout au long des répétitions et jusqu’aux différentes représentations.
  • Rencontre avec les anciennes résistantes déportées au camp de Ravensbrück, en écoutant leur histoire afin de la restituer le plus fidèlement possible.
  • Réalisation d’un court-métrage présentant le spectacle et les intentions de la metteuse en scène Danielle Stéfan.
  • Réalisation d’un long-métrage documentaire mettant en perspective le processus de création avec la parole d’anciennes déportées.
  • Réalisation de plusieurs  entretiens autonomes donnant à voir et à entendre des moments vécus pendant la résistance et la déportation par chacune des personnes rencontrées.

Ce projet est aussi un engagement pour un certain nombre de valeurs, simples mais essentielles : solidarité, entraide, partage, respect de l’autre et de la différence. Les anciennes résistantes déportées qui apportent leurs témoignages, délivrent aussi un message d’espoir pour la construction d’une société plus respectueuse des droits humains.

Réalisation : Frédéric Vidal
Production :
Aime le mot dit

Voir : la présentation du projet et l’appel à souscription

Une opérette à Ravensbrück – Le Verfügbar aux Enfers

Rien n’est plus effrayant que l’absurde. Germaine Tillion


Le Verfügbar aux Enfers

Une opérette à Ravensbrück de Germaine Tillion
Tragi-comédie en forme de Revue


> Voir plusieurs extraits vidéo du spectacle


Court métrage documentaire, 12 min, 2011

Film réalisé dans le cadre du projet consacré à Germaine Tillion et au camp de Ravensbrück

Réalisation : Frédéric Vidal
Production :
Aime le mot dit

Le Verfügbar aux Enfers est une œuvre écrite clandestinement au Camp de concentration de Ravensbrück par Germaine Tillion au cours de l’hiver 1944-1945. Trois compagnies, Nuits Blanches en Compagnie, Trafic d’Arts II et Léda Atomica Musique se sont regroupées dans une Société en Participation dénommée Femmes et Résistances pour porter ce texte à la scène. Le film présente les intentions de la metteuse en scène Danielle Stéfan et le travail réalisé au moment de la création du spectacle au Théâtre Gyptis à Marseille en février 2011.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.